Nouvelle répartition des masques – Masques alternatifs – Examen du BP de préparateur,

POINT INFO DE L’USPO – 21/04/2020 à 15H

 

Distribution de masques : une nouvelle répartition prévue par le Ministère

Le Ministère de la Santé indique une nouvelle répartition des masques distribués par les pharmacies d’officine (nouveautés en gras et rouge dans le tableau ci-dessous).

Une prochaine livraison par les grossistes-répartiteurs est prévue dans la semaine. Elle contiendra des masques chirurgicaux et des masques FFP2 pour une semaine.

Le Ministère rappelle que ces masques n’ont pas vocation à honorer des prescriptions médicales et doivent être réservés aux professionnels listés ci-dessous.

Les préparateurs en pharmacie et les apprentis peuvent désormais disposer officiellement des masques issus des stocks d’Etat. L’USPO se félicite de cette décision prise en cohérence avec notre demande auprès du Ministère et aux recommandations faites aux pharmacies depuis le début de la crise.

  • Médecins généralistes et spécialistes, étudiants en stage en cabinet de ville (sur présentation de la carte professionnelle) : 18 masques par semaine et par professionnel (dont 6 masques FFP2 maximum par semaine dans le strict respect des indications et selon les disponibilités)
  • Infirmiers diplômés d’Etat  (sur présentation de la carte professionnelle) : 18 masques par semaine et par professionnel (dont 6 masques FFP2 maximum par semaine dans le strict respect des indications et selon les disponibilités)
  • Biologistes médicaux (sur présentation de la carte professionnelle) : 18 masques par semaine et par professionnel (dont 6 masques FFP2 maximum par semaine dans le strict respect des indications et selon les disponibilités)
  • Pharmaciens, préparateurs en pharmacie et étudiants (sur présentation de la carte professionnelle) : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel
  • Sage-femmes (sur présentation de la carte professionnelle) : 18 masques chirurgicaux par semaine et par sage-femme
  • Masseurs-kinésithérapeutes (sur présentation de la carte professionnelle) : 6 masques par semaine et par professionnel pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables (dont 2 masques FFP2 maximum par semaine dans le strict respect des indications et selon les disponibilités)
  • Techniciens de laboratoire de biologie médicale, manipulateurs en électroradiologie médicale (y compris médecine nucléaire) (sur présentation d’une attestation de l’employeur) : 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel
  • Accueillants familiaux (sur présentation de la carte d’identité et de l’attestation de l’ACOSS/CESU) : 3  masques par semaine et par personne accueillie
  • Salariés de l’aide à domicile employés directement par des particuliers (sur présentation de la carte d’identité et une attestation transmise par l’ACOSS/CESU indiquant le nombre de masques attribués, complétée avec leur nom, signature et le nom des employeurs) :
    • 3 masques par semaine par employeur et pour des actes essentiels de la vie ;
    • 9 masques par semaine et par employeur bénéficiaire de la prestation de compensation du handicap (PCH) ou touchant un complément de l’allocation éducation enfant handicapé et pour des actes essentiels de la vie

 

Masques alternatifs : les pharmacies doivent pouvoir en distribuer

A partir du 11 mai, les pouvoirs publics devraient recommander, voire rendre obligatoire, le port du masque pour toute la population.

Dans cette continuité, et afin de pouvoir protéger les patients vulnérables, l’USPO a demandé au Ministère de la Santé que les pharmacies puissent distribuer des masques alternatifs.

Le 21 avril, le Ministère a répondu favorablement à notre demande en annonçant que ces masques seraient déployés en France avec notamment l’appui des pharmacies.

Nous vous informerons dès que possible sur les modalités de distribution.

 

Préparateurs en pharmacie, les examens du BP doivent être maintenus dans des conditions adaptées

La commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (CPNEFP) de la pharmacie d’officine s’est réunie le 20 avril pour évoquer les modalités d’organisation du brevet professionnel (BP) de préparateur en pharmacie.

En raison de la crise sanitaire exceptionnelle, les partenaires sociaux ont estimé que les examens du BP devaient se dérouler dans des conditions adaptées. Dans un courrier adressé au Ministère de la Santé, ils ont indiqué que la certification ne pouvait reposer uniquement sur le contrôle continu géré par les CFA mais devait pouvoir tenir compte de l’avis des maîtres d’apprentissage.

Ces modalités adaptées permettraient aux jeunes diplômés de commencer leur activité professionnelle de préparateur en pharmacie sans être pénalisé par les événements actuels, et aux employeurs d’embaucher des préparateurs avec un niveau de qualification homogène sur le territoire et équivalent à celui des années précédentes. Nous vous informerons rapidement de la décision du Ministère de la Santé.

 

Dispensations à domicile et télésoins, l’USPO appelle les pouvoirs publics à reconnaître l’implication des pharmacies

Au regard de la crise sanitaire actuelle, les pharmacies doivent s’adapter et repenser leur mode d’exercice afin de répondre aux besoins des patients et d’assurer la continuité des soins. Ces évolutions doivent être reconnues et valorisées par les pouvoirs publics.

Aussi, l’USPO a demandé à l’Assurance maladie d’indemniser les dispensations à domicile, qui sont en forte augmentation depuis le début de la crise. Près de 5 000 pharmaciens ont signé la pétition de l’USPO en faveur de cette indemnisation et nous vous en remercions. Votre soutien est essentiel pour négocier avec les pouvoirs publics.

L’USPO a également demandé à l’Assurance maladie et au Ministère de la Santé que les pharmacies soient autorisées dès à présent à réaliser des télésoins pour assurer le suivi des patients atteints de Covid-19 mais également poursuivre les bilans partagés de médication et entretiens pharmaceutiques. Retrouvez notre communiqué de presse sur le site www.uspo.fr

 

Renouvellements des traitements et consultations médicales. L’USPO appelle au renforcement de la coordination

Depuis le début de la crise, les pharmacies d’officine peuvent, sous certaines conditions, renouveler les traitements chroniques des patients afin d’assurer la continuité des soins. Pour autant, le pharmacien ne systématise pas ces renouvellements. Il échange avec le patient, lui rappelle l’importance d’une consultation médicale régulière et alerte le médecin s’il le juge nécessaire.

Aujourd’hui, certains patients souffrant de nouvelles pathologies hésitent à consulter leur médecin traitant, expliquant en partie la baisse d’activité des cabinets médicaux.

Aussi, afin d’informer au mieux les patients, l’USPO invite les médecins à communiquer aux pharmaciens de leur secteur la nouvelle organisation de leur cabinet, les horaires d’ouverture et les horaires réservés aux patients suspectés de Covid-19.

Retrouvez notre communiqué de presse sur le site www.uspo.fr

 

Covid-19 et pharmacie. L’USPO répond à vos questions dimanche 26 avril à 10h.

Les modalités de connexion sont disponibles sur le site www.uspo.fr

https://attendee.gotowebinar.com/register/446600039360581903 

 

Publication : 21 avril 2020 | Catégorie(s) : ,